06 octobre 2013

Toc toc toc...

Y a quelqu'un? Ouedd, t'es là? ça va?

 

 

HIIIIIIIIIIIIIIIIIIII OUUUUUUUUUUUHHHHHH AAAAAAAAAAAAHHHHHHH MOUAHAHHHHHHHHHAHHHHHHHA HIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

HII HAAAA RHOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

 

 

 

Bon, il semblerait que Ouedd soit cervicalement indisponible. Ellle est là, elle semble normale, enfin disons comme d'habitude quoi. Sauf qu'on ne peut plus lui parler. Elle rit, elle emet des sons joyeux, c'est étrange. Pis quand même, elle a la tête qui ressemble à un melon pourtant, c'est plus la saison. Et elle chausse du 53 maintenant, elle a les chevilles toutes gonflées... M'enfin ça a pas l'air de l'empêcher de se déplacer sur son petit nuage là, à 15m du sol... 

 

 

HIIIIIIIIIIIIHOUUUUUUUUUUUUU HYHA JE SUIS UNE STAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR

 

AH mais d'accord. AH ouais ok. Nan mais ça va je m'inquiète plus. Ca va passer. C'est juste que... http://paroledepate.canalblog.com/archives/2013/10/04/28123912.html  voilà quoi. 

 

Bon bah je vais lui poster la photo du pendentif de sa môman, et puis elle reviendra proser quand elle sera calmée hein !

 

2013CO7s

 

 

 

gravé dans le caillou par ouedd à 08:27 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04 avril 2013

Variations.

Ce siècle avait treize ans! Rome remplaçait Sparte,
Ou pas. Toujours tapie dans mon grotteux appart',
Glissant en des vers, je me cherche mon endroit...
Tordue, pliée en quatre, asphyxiée, à l'étroit,
M'échappant vers de grands châteaux espagnols,
Portée par une couleur, un son, je m'envole
Sur un tapis tressé en papier une fois,
Même en couturière j'ai cherché ma voie ;
Une évidence, tout ça n'était que chimère
Fallait revenir à la pâte polymère.
Brandissant mon stylo comme un frêle roseau
-Un flash: Bozzo penché, la main sur mon berceau-
C'est un post surréaliste que je vous livre
Presque sans complexe, presque sans mal le vivre,
Voilà.

Bon, 'vais pas y passer trois jours
Et faut que je fasse à manger à mon amour ;
Qui sait? je risque aussi de me faire condamner
Par un collège de vieux aigris obstinés
Pour "
reprise irrespectueuse de Papa
Victor"... M'en fous je les calcule même pas. 
Le prix Nobel de littérature on oublie
En attendant les colliers, je les multiplie
Et vous êtes les bienvenus dans mon foyer... 
Ah, c'est cuit! Vive le hachis parmentier !

 

 

2013CO2s

 

 

2013CO1s

 

 

2013CO3s

 

 

2013P1s

 

 

Spéciale cace-dédi à Maryy ! Wesh wesh wesh !

 

gravé dans le caillou par ouedd à 20:49 - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

23 novembre 2010

Bleu comme le bleu... euh ... de ... mes chaussettes.

Comment ça? un mois que je n'ai pas posté? Et? Bah quoi... je suis fidèle à mon concept grottique hein.
Ah bah si je vous le prouve:
Trop glodyte : n. m. homme vivant trop dans des cavernes , celles ci peuvent être aménagées en habitations souvent trop confortables.
Enfin, homme au sens large, d'ailleurs comme le signale Elie Faure (Histoire de l'art, 1909, p 28): "la femelle trop glodyte dont les hanches sont trop larges". Merci au passage de souligner une particularité anatomique dont je suis affublée et que j'essaye tant bien que mal de dissimuler... pfff on peut faire confiance à personne, j'ai dit les attaques sur le physique c'est interdit...  et voilà... pffff.
Donc, évidemment, emmurée dans mon cocon trop confortable, la flemme s'empare de ma petite personne et la communication devient moins aisée... cela dit, que je ne dise rien ne signifie pas que je n'oeuvre pas.
D'ailleurs, par analogie, on nomme trop glodyte une personne qui occupe trop un lieu enfoui non destiné normalement à l'habitat.
Comprendre "une personne qui enfouit un lieu avec sa fimo (-le salon-) non destiné normalement à l'habitat (-on n'est pas sensé occuper des mois durant la table basse avec sa pâte à modeler, d'autant que l'habitat naturel de toute ménagère de moins de 50 ans qui se respecte est la cuisine, c'est bien connu-)".

Mais je suis une trop glodyte urbaine quand même. Bon, géographiquement, déjà, je suis en ville hein. Si, avec du transport en commun, de la sirène de police et de l'immeuble qui explose et / ou s'affaisse pour cause de vetusté et / ou de fuite de gaz, des mini squares à crottes de chien, de la superette ouverte à 3h du mat' qu'elle est bien quand tu as une soudaine envie de chips à 8€.

Et puis je fais aussi preuve d'urbanité, oui je suis bien urbaine, oui, parce que figurez vous que j'ai pas l'air comme ça,  mais que bah des fois même que je swap, oui, j'échange figurez vous, avec l'adorable Michèle des Minis de Mimi que hop, vous y êtes en cliquant ! J'ai découvert par hasard (et oui, le tirage au sort par une main innocente a du bon), une merveilleuse personne, que je remercie encore une fois pour ces jolis moments et ce voyage au pays des mille et une nuits.

Lui ayant fait voir 36 chandelles coquetiers en référence au fabuleux conte de Prévert, l'Autruche... et bien j'ai pris soudain goût au bleu. Alors je me dis quand même, je navigue dans le vert / orange tout l'été, et maintenant que c'est l'automne, vas - y que je te sors du bleu. M'en fous, je fais ce que je veux...

Alors voici un Boules et Billes bleu, aux motifs "pétale de faïence de qu'importe à la mode liberty"... Un mix d'un tas d'idées, dont j'aime le rendu avec son petit effet de profondeur... Photographie difficile sans soleil (a y est il est parti c't'enfoiré, m'a dit "viens on joue à cache cache"... ça fait 15 jours... j'ai beau lui dire qu'il peut revenir, qu'il a gagné... ben non), et même un petit bracelet assorti, soyons fous tiens !

Collier_bleu

bracelet_bleu_1

gravé dans le caillou par ouedd à 10:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,